Auto-massage

Au cours de cet atelier, nous allons approfondir les auto-massages.

Les auto-massages sont une caractéristique du Qi gong, proche du Do-in, visant à stimuler certaines parties du corps avec ses doigts, ses mains dans le but de se « réveiller » le matin, de décharger certaines tensions nerveuses liées au travail (sur ordinateur en particulier) voire celles du soir avant de se coucher.
Il est possible de les utiliser dans une période « de rhume » pour accompagner le traitement en cours.
Ces auto-massages participent du bien-être et de l’autonomisation à laquelle chacun aspire. Ils peuvent être pratiqués « en famille ». Ils ne présentent pas de contre-indication particulières.

Les auto-massages se calent sur la connaissance des zones, des points d’acupuncture et des trajets des méridiens. Ils sont issus aussi d’une transmission d’entre-aide familiale. Leurs actions physiques ont des impacts sur le corps d’énergie car pensés avec cette démarche d’aide.

Ainsi, pendant cette journée, vous expérimenterez toutes les facettes : de soi à soi-même et dans l’échange. Pour bien recevoir c’est nécessaire de savoir donner.

Exercices de santé

La gymnastique taoïste que je pratique est inspirée des enseignements reçus de Kar Fung Santaro, Grégorio Manzur, Bernard Bouheret et Tony Khu et des exercices internes appartenant aux travaux du Dr Stephen T. Chang.
“ Les Exercices Internes sont tout le contraire des exercices externes.Tandis que les exercices externes tels que la natation, la boxe, la lutte, l’haltérophilie, le tennis, le kung-fu ou le karaté peuvent donner une silhouette séduisante, ils le font souvent en épuisant l’énergie des organes internes, causant par là non seulement un certain nombre de maladies mais également un vieillissement prématuré. D’autre part,les exercices internes ont pour but de stimuler le corps tout entier, d’équilibrer le niveau de l’énergie et de promouvoir un fonctionnement plus effectif des organes internes.
Les exercices internes expriment l’art de se guérir soi-même. Si l’on enfreint les lois de la nature, il en résultera une maladie. Si l’on n’a jamais de maladie bénigne, une maladie sérieuse ne se déclarera jamais ; si l’on n’a jamais de maladie sérieuse, l’on ne mourra pas, car on croit que la mort est le résultat final de l’accumulation de nombreuses maladies pendant toute la vie. Cependant, le fait de n’être atteint d’aucune maladie ne garantit pas l’immortalité physique, car le corps doit être capable d’assimiler l’influx d’énergie supplémentaire qui, à la fin, le transformera en véhicule libéré du temps et de l’espace.”
Dr Stephen T. Chang, Ed. Le Chariot d’Or.

Travail des méridiens

M. Borsarello compare le système méridien-organe à une pomme-de-terre dont les germes poussent. Les germes sont associés aux méridiens, la pomme-de-terre à l’organe.

M. Maciocia compare les méridiens et les Organes Internes qui leur correspondent respectivement aux branches et aux racines d’un arbre. Les branches d’un arbre peuvent être endommagées par la grêle, brisées par le vent, ou se flétrir sous l’effet d’une chaleur et d’une sécheresse excessives, mais ces phénomènes ne vont pas affecter les racines de l’arbre ; on peut comparer cette situation à un problème de méridien dans le corps humain. Inversement, si le sol est très pauvre, les racines n’y trouvent pas suffisamment de nutriments et en souffrent ; on peut comparer cette situation à un problème d’Organe Interne dans le corps humain.

Le méridien est une voie de communication non localisée dans la matière organique, décrit par les Anciens dans les différentes traditions (nadis.. tsubo…). Il véhicule différents types d’énergie :
l’Essence, énergie de l’origine (celle acquise avant la naissance par le biais de notre hérédité), énergie de défense, énergie nourricière, … certaines caractéristiques subtiles du Sang et des liquides organiques, les “esprits du corps” liés aux organes, entre la surface du corps, l’extérieur et la profondeur, les organes, entre deux méridiens.
Il n’ a pas de réalité anatomique dans l’état actuel de nos connaissances.
Cette voie passe par différents points d’émergence cutanée (point d’acupuncture aussi nommés Tsubos en japonnais).
Le Méridien Principal est la ligne qui joint ces différents points, il est également composé de branches secondaires que l’on ne connaissait pas lorsque l’acupuncture fut introduite en France.
Chaque organe et chaque entraille est mis en relation directe avec la périphérie par son méridien.
Il y a 12 méridiens principaux : Poumon (P), Gros Intestin (GI), Estomac (E), Rate (Rte), Coeur (C), Intestin Grêle (IG), Vessie (V), Rein (Rn), Maître du Coeur (MC), Triple Réchauffeur (TR), Vésicule Biliaire (VB) et Foie (F).
Chaque méridien porte le nom de l’organe ou de l’entraille auquel il est rattaché, mais il gère aussi d’autres fonctions.
Chaque organe, qu’il soit pair ou impair est en lien avec 2 méridiens (1 droit et 1 gauche).

Toute activité de massage et de stimulation  à la surface du corps permet de mobiliser l’énergie et de soulager le travail des organes ainsi nourris.
Cela met en évidence des tensions, des nœuds. Ces exercices sont l’occasion de calmer l’esprit et de se recentrer.
“ L’Eau qui coule ne croupit pas ! ” Bernard Bouheret.

Nous aborderons les différents méridiens à partir d’auto-massage et d’exercices spécifiques faciles à utiliser dans notre quotidien afin de bien démarrer la journée ou en fin et permettre un relâchement des tensions nerveuses.